18 février 2011

Les premiers pas d'Igor dans l'antiquité

Poursuivant ses aventures dans le temps, Igor Palenschko fait un nombre incalculable de contributions majeures dans de nombreuses civilisations antiques. Pour commencer, Igor est un pionner de l'âge du bronze et de l'âge du fer, au cours desquels il invente respectivement la médaille de bronze et le fer à repasser.

Après ces inventions modestes, Igor fait sa première découverte centrale en mathématique: un jour où Igor n'a plus un rond sur son compte en banque alors qu'il voulais payer par carte de crédit un tapis Persan dans un souk d'Afrique du Nord, Igor invente le 0.


Posté par igorpalenschko à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Igor et la civilisation Maya

En -2000 avant notre ère, Igor séjourne quelque temps dans la civilisation Maya où il invente le sacrifice humain sur un malentendu.

En effet, Igor tue un haut dignitaire Maya lors d'une partie de chasse qui tourne mal (Igor a encore des restes d'acide du
Palenschkolitique dans le squelette à cette époque). Furieux, les Maya veulent punir Igor par la peine capitale. Bien qu'Igor se fiche éperdument de la peine capitale, il invente et raconte pour s'amuser l'histoire suivante:

« J'ai rencontré les dieux venus des cieux en soucoupes volantes, ceux qui dessinent des formes géométriques étonnantes de régularité dans les champs; ces dieux m'ont dit que les petits temples
aux formes approximatives qui sont construits en leur honneur ne sont pas trop mal, mais qu'enfin, c'est pas avec ça qu'ils vont bouffer et que, par conséquent, ils réclament de la chair fraîche, et de la bonne, de la chaire humaine, pas de cette merde de viande de poulet avariée qu'on a essayé de leur servir parfois ».

Ainsi, les Maya, flattés par cet éloge sur la délicatesse de leur chair, croient en la vision mystique d'Igor et commence dès lors à réaliser des sacrifices humains
― sans pour autant discontinuer la construction de petits temples aux formes approximatives.


Posté par igorpalenschko à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Igor et l'Egypte

Fatigué de voir que les Maya n'arrivent à faire que de petits temples aux formes approximatives, Igor part en Égypte, où il invente aussitôt le triangle équilatéral et le concept fort utile de troisième dimension. Tout naturellement et immédiatement après, Igor invente la pyramide (i.e., triangle en trois dimension). C'est Igor qui supervise la construction de la grande pyramide de Khéops; grâce cette contribution importante pour la civilisation égyptienne, Igor sera souvent représenté sur les bas-reliefs égyptien, à titre Igonoriphique.

Bas relief d'Igor à titre Igonorifique

a_titre_igoniphique


Posté par igorpalenschko à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Igor et les Grecques

Par la suite, alors qu'il est envoyé se faire voir chez les grecques par les égyptiens  devenu ingrats, Igor découvre le théorème de Pytha-Igor.

Au cours de la même période, en philosophe pré-socratique majeur, Igor, sous le pseudonyme d'Anaxa-Igor, soutient la thèse selon laquelle être et matière ne se produisent ni ne se créent, mais se transforment. Anaxa-Igor dit:

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».

Les hisgoriens pensent que cette façon de voir le monde est étroitement associée au rapport particulier qu'Igor entretient avec la matière et la non-matière, avec l'être et le non-être.

 

Posté par igorpalenschko à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cerf-ment d'Igorcrate

Le cerf-ment d'Igorcrate, comme son nom l'indique, prend son origine dans une série de mensonges énoncés par Igor à ses patients mourants alors qu'il est Grand Prêtre en Cerf de la Médecine Grecque.

A cette époque, la médecine use de méthodes dorénavant contestées mais ayant démontrées une certaine efficacité empirique (i.e. aucun des patients traités ne s'en étant plaint). Pour prendre un exemple évocateur : le mal de tête et la rage de dents sont traités par décapitation, comme la majorité des maladies.

En tant que Grand Prêtre en Cerf de la Médecine, Igor fait un jour face à un patient atteint d'une maladie terrible (même réputée incurable plus tard chez les Gaulois) : le hoquet. Une fois le diagnostic posé, Igor dégaine l'arsenal curatif classique, et tient alors, par souci d'humanisme, ce discours au patient soucieux de sa santé : « Ne vous inquiétez pas, avec le temps, ça passera », juste avant d'abattre vigoreusement une hache très joliment ouvragée représentant des scènes rupestres d'un réalisme saisissant. Ce mensonge philantropique rassurant, premier d'une longue série, entre dans la tradition médicale. En effet, l'ensemble des phrases énoncées par Igor sont alors regroupées dans un texte nommé le cerf-ment d'Igorcrate.

Peinture d'une radio-photographie d'Igorcrate

higgorcrate

De nos jours, chaque futur médecin doit apprendre par coeur le cerf-ment et l'utiliser afin d'apaiser la douleur de ses patients. Ce qui, dans la pratique, se révèle bien utile ; qui n'a jamais entendu un médecin prononcer ces phrases : « mais bien sûr que les mains ça repousse ! », «tout est bon dans le moignon ! », « pas grave pour ceux-ci, des poumons vous en avez au moins 3 ! » ou encore le fameux « ne vous inquiétez pas pour vos yeux, avec un peu d'entraînement, on peut voir par les oreilles ! ».

Posté par igorpalenschko à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le court voyage d'Igor en Chine

Au cours d'une période brève mais débridée, Igor visite la Chine ― aller en Chine lors d'une période débridée peut paraître étonnant, mais enfin, c'est comme ça.

Débridé donc, Igor invente le pot Ninja pour mobylette 103 SP
― une invention qui n'intéresse pas les Chinois (forcément, car les Ninjas ne sont pas chinois mais Japonnais; de plus, la mobylette n'existe pas encore).


Posté par igorpalenschko à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Igor, l'an 0 et 33 ans plus tard

De retour dans le bassin méditerranéen une trentaine d'années après l'an 0, Igor est exécuté lors d'un procès injuste à Jérusalem. Suite à cela, comme à son habitude, Igor ressuscite. Certains peuples de l'époque en feront toute une histoire, chose étonnante, puisqu’Igor meurt et ressuscite depuis des millénaires. Les hisgoriens n’ont jamais compris pourquoi ces gens ont fait tant de cas de cette résurrection en particulier.

Posté par igorpalenschko à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Maximigor et l’Empire Igoromain

L’Empire Igoromain est fort simple à définir: c'est une grande expansion territoriale (avec aussi quelques aspects culturels). Expansion massive et géniale, guerrière et intellectuelle, qui s'étend sur bien des mètres carrés; tant de mètres carrés qu'il n'y a, dit-on, pas assez de chiffres Igoromain pour les dénombrer. Cette expansion exceptionnelle est provoquée, au moins pour moitié, voire à 57%, par Maximigor général Igoromain, puis gladiateur Igoromain, puis philosophe Igoromain.

Maximigor Général

Maximigor se démarque d'abord en tant que général Igoromain, et pas n'importe lequel: le plus fidèle à l'empereur. Certains hisgoriens affirment même que Jules César et Maximigor n'étaient en fait qu'un seul et même squelette. Hélas, alors que le général Maximigor remporte victoire sur victoire depuis au moins deux batailles, un type à l'air commode mais aux actions incommodantes le trahit et s'arroge le pouvoir, bois tout son vin et mange tout son raisin, puis ordonne son arrestation et son exécution.

Maximigor Général

Maximigor_general


Maximigor Gladiateur

Pas en reste, Maximigor devient gladiateur. Maximigor gladiateur se fait rapidement connaître pour ses combats infiniment sanglants et toujours victorieux. Pendant de nombreuses années, Maximigor bat son plein de gladiateurs du matin au soir (nombreuses années que ses victimes, à cause de la peur et de la souffrance, perçoivent comme plusieurs siècles). Ainsi, pendant des siècles aux yeux de certains, la gloire de Maximigor et les jets d'hémoglobine qui lui sont inéluctablement associées resplendissement dans l'arène, ainsi que par extension dans tout les bassines méditerranéennes.

Affiche du film Gladigor, d'après l'histoire vraie de Maximigor

gladigor
Un jour, alors qu'un spectateur ressent une légère lassitude pendant un bref instant, Maximigor surprend le monde entier en combattant à demi nu et avec une bibliothèque en guise de seule et unique arme. C'est le début de la période Maximigor philosophe (ou, plus exactement, la transition entre Maximigor gladiateur et Maximigor philosophe).

Au cours de cette période, Maximigor livre donc tous ses combats à l'aide d'une bibiothèque et inculque par conséquent toutes ses sages maximes à l'aide d'un combat; pas une tête ne résiste à l'insertion de connaissance sous forme de livres furieusement propulsés dans le crâne par la bibliothèque de Maximigor (bibliothèque soigneusement organisée par ordre alphabétique, rénovée après chaque combat et lustrée quotidiennement par les soins de Maximigor lui-même).

La transition entre Maximigor gladiateur et Maximigor philosophe

Maximigor_gladiateur

 

Maximigor Philosophe (Marc Igorèle)

Après avoir tué tous les gladiateurs disponibles, Maximigor se retire de l'arène et de la reine, dont il était, de par son prestige, devenu très proche. Maximigor se retire donc, s'essuie un peu et prend une douche, laquelle ne parvient pas à le nettoyer complètement des kilomètres cubes de sang qu'il a fait couler. Un peu déçu, avec un légère envie de retour au calme, Maximigor commence à écrire ses pensées sous le pseudonyme de Marc Igorèle.

Maximigor Philosophe (Marc Igorèle)

Maximigor_philosophe

Marc Igorèle est l'auteur de Aïe, ça fait mal, mais je tiens bon. On l'a compris, Marc Igorèle est un stoïcien. Inspiré par l'incroyable résistance de Maximigor gladiateur, Marc Igorèle dispense un sage enseignement basé sur un seul précept:

    • Si tu as mal, n'oublie jamais que Maximigor aurait pu te faire 100 fois plus mal; supporte ta douleur dans le silence, le respect et la terreur de ce que Maximigor aurait pu t'infliger si tu avais été gladiateur.

Posté par igorpalenschko à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Retraite d'Igor et invention de la cornemuse

Peu à peu lassé par tant de célébrité Igoromaine, Igor se retire dans la montagne au début du IIème siècle de notre ère. Au cours de cette retraite,  Igor passe 83 ans à inventer la cornemuse avec ces propres cornes et sa propre muse. En toute logique, cet instrument devrait s'appeler Igornemuse, mais la langue évolue parfois bizarrement.

Cornemuse (ou Igornemuse)

igornemuse

 

Posté par igorpalenschko à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]